II. À la découverte d’E. coli
Article mis en ligne le 23 novembre 2022
dernière modification le 30 novembre 2022

par F. Touihrat

 II. A. Ensemencement d’une culture d’E.coli

 II. B. Recherches sur E.coli et B. megaterium

Quel est le nom complet de cette bactérie ? Escherichia coli Bacillus megaterium
Quel type de bactérie est-ce ? Escherichia coli, également appelée colibacille et abrégée en E. coli, est une bactérie intestinale (Gram -) des mammifères, en forme de bâtonnet. C’est un bacille, donc une bactérie en bâtonnet (Gramm +)
Où la trouve-t-on ? Escherichia coli (E. coli) est une bactérie qui réside dans le tube digestif de l’homme et des animaux à sang chaud (microbiote intestinal). On trouve B. megaterium essentiellement dans le sol (microbiote du sol), mais on peut la retrouver sur tout type de support où elle est arrivée contact.
Présente-t-elle un risque pour la santé humaine ?
Est-elle (peut-elle être) pathogène ?
La majorité des souches de E. coli sont inoffensives, quelques-unes seulement sont pathogènes pour l’homme. C’est le cas des souches de E. coli dites entérohémorragiques (ECEH). Ces dernières provoquent des diarrhées sanglantes et produisent une puissante toxine à l’origine du syndrome hémolytique et urémique (SHU).
Régulièrement, des souches de ECEH sont la cause d’intoxications alimentaires via la consommation de produits animaux (viande ou produits laitiers) mal cuits ou consommés crus. Les fruits et les légumes frais, ayant été en contact avec des ECEH peuvent être également à risque.
B. megaterium fait partie des bactéries normalement rencontrées dans l’environnement et n’est habituellement pas pathogène.
Si oui, quels sont les moyens de lutte ? E. coli producteur de shigatoxines est une bactérie thermosensible. Lorsqu’on prépare les repas chez soi, il faut veiller à bien respecter les règles de base de l’hygiène alimentaire, comme de faire bien cuire les aliments.
Le respect des Cinq clefs pour des aliments plus sûrs, recommandations de l’OMS, est une mesure essentielle pour la prévention des infections par des agents pathogènes transmis par les aliments comme E. coli producteur de shigatoxines.

Différents antibiotiques sont employés, en fonction du siège de l’infection et de l’antibiogramme.
Le traitement des infections à E. coli doit être commencé empiriquement en se basant sur le site et la gravité de l’infection (p. ex., infection légère de la vessie, sepsis urinaire) et ensuite modifié en fonction du résultat de l’antibiogramme. De nombreuses souches résistent à l’ampicilline et aux tétracyclines, aussi d’autres médicaments doivent-ils être utilisés ; dont la ticarcilline, la pipéracilline, les céphalosporines, les carbapénèmes, la fosfomycine, la nitrofurantoïne, les aminosides, le triméthoprime/sulfaméthoxazole (TMP/SMX) et les fluoroquinolones.
En cas d’infection par B. megaterium (très rare), l’antibiothérapie est ehficace.

Sources :



Dans la même rubrique