accessibilité
svt-touihrat.fr

Ressources pour les SVT, la DNL SVT-Anglais et la BPH

Chapitre 10 - Activités
Article mis en ligne le 3 juin 2020
dernière modification le 2 juin 2020

par F. Touihrat

 Activité 1 - Organisation de l’appareil respiratoire

 1. Identifier les organes de la cavité thoracique

Remarque : revoir si besoin le chapitre 1, cavités et organes

1. Les organes des voies respiratoires sont

  • pour les voies aériennes supérieures
    • le nez (les fosses nasales), la bouche (la cavité buccale)
    • le pharynx
    • l’épiglotte
    • le larynx
  • pour les voies aériennes inférieures
    • la trachée
    • les poumons qui comportent
      • les bronches
      • les bronchioles
      • les alvéoles pulmonaires

2. Les poumons sont en position latérale (gauche et droite), de part et d’autre du médiastin.

3. Le poumon gauche, avec deux lobes, est un peu plus petit que le poumon droit, qui en comporte trois. Il présente un creux (ou empreinte) qui correspond à l’emplacement du cœur (en position parasagittale gauche).

4. La plèvre (une pour chaque poumon) est la séreuse du poumon. Elle fait la liaison entre les poumons et la cage thoracique et leur permet de suivre son mouvement.

5. Lors de la crise d’asthme d’Agathe, ses bronches se contractent (bronchoconstriction), ce qui provoque une diminution de leur lumière, rendant le passage de l’air plus difficile.

 2. Préciser les relations avec l’appareil cardiovasculaire

1. La circulation systémique a un rôle nutritionnel : comme tous les organes de l’organisme, les poumons ont besoin d’être alimentés en dioxygène et nutriments, et de se débarrasser de leurs déchets. La circulation pulmonaire, spécifique aux poumons, est celle qui permet d’éliminer le dioxyde de carbone produit par l’organisme, et de d’approvisionner celui-ci en dioxygène.

2. L’hématose est le phénomène qui se produit au niveau des alvéoles pulmonaires : le sang arrive chargé en dioxyde de carbone et pauvre en dioxygène, le dioxyde de carbone est libéré dans l’air alvéolaire, le dioxygène passe de l’air au sang, le sang hématosé repart pauvre en dioxyde de carbone et riche en dioxygène.

3. Cf. question 1. Les poumons ont les mêmes besoins que les autres organes, satisfaits par la circulation systémique. En revanche, ce sont des organes spécialisés dans l’hématose, avec la deuxième circulation, qui leur est propre.

4. L’air passant difficilement au niveau des bronches, il n’est pas bien renouvelé dans les alvéoles. La réaction de l’organisme est d’accélérer la respiration de façon à faciliter le renouvellement de l’air alvéolaire (tachypnée). La tachycardie permet de transporter plus rapidement le dioxygène aux cellules.

 Activité 2 - Techniques d’exploration de l’appareil respiratoire

 1. Montrer l’intérêt des techniques radiographiques pour le diagnostic es pathologies respiratoires

1. Les poumons sont des tissus mous, spongieux et remplis d’air. Ils sont normalement transparents aux rayons X et apparaissent sous la forme de deux vastes clartés au niveau du thorax. L’apparition de toute opacité, diffuse ou nodulaire, est le signe d’un épaississement des tissus, et donc d’une pathologie.

2. Le scanner permet d’avoir des images plus précises que la radiographie.

 2. Montrer l’intérêt de la fibroscopie bronchique pour le diagnostic des pathologies respiratoires

1. La fibroscopie bronchique a

  • un intérêt diagnostique : l’observation et la biopsie permettent de poser un diagnostic ;
  • un intérêt thérapeutique : elle permet de pratiquer des actes de petite chirurgie.

2. Le fibroscope est doté, outre les deux faisceaux de fibre optique (lumière et image), une petite pince qui permet de découper et d’emporter un fragment de tissu.

3. Le contenu des alvéoles peut être connu par lavage alvéolaire.

 Activité 3 - Histologie de la trachée, des bronches et des bronchioles

 1. Relier la composition tissulaire de la trachée à ses fonctions

1. L’épithélium forme la muqueuse, tunique au contact du milieu extérieur. Il est formé de deux types principaux de cellules

  • cellules caliciformes sécrétrices de mucus
  • cellules ciliées

2. Les glandes séromuqueuses ont un double rôle

  • sécrétion de mucus
  • réchauffement de l’air inspiré

3.Les « anneaux » cartilagineux [1] maintiennent la trachée ouverte. Ce sont eux que l’on sent quand on passe le doigt su le cou au niveau de la trachée.

 2. Relier la composition tissulaire des bronches et bronchioles à leurs fonctions

1. Le cartilage est un tissu qui rigidifie la paroi, ce qui a un intérêt pour la fonction de conduction de l’air. En revanche, au niveau des bronchioles, puis des alvéoles, c’est la fonction d’échange des gaz respiratoires entre l’air et le sang qui devient prépondérant. Le cartilage constituerait un obstacle imperméable.

2. Cf. question 1 : la structure et la fonction sont directement liées.

3. La diminution du calibre des bronches est la conséquence

  • de la sécrétion importante de mucus, qui encombre les voies respiratoires
  • de la contraction des muscles de la sous-muqueuse (bronchoconstriction)
  • l’inflammation de la muqueuse et la formation d’un œdème (gonflement des tissus)

4. Le mucus a normalement pour fonction de piéger les particules présentes dans l’air inspiré (poussières, virus, bactéries, pollens, etc.). Dans le cas de la réaction allergique, la réaction est trop importante, ce qui conduit à l’encombrement bronchique.

 Activité 4 - La barrière alvéolaire

 1. Identifier les éléments constituant la barrière alvéolo-capillaire

1. L’épithélium alvéolaire est formé des pneumocytes I et II. L’endothélium des capillaires est formé par les cellules endothéliales [2].

2. Les alvéoles pulmonaires contiennent de l’air, et les capillaires sanguins contiennent du sang. La barrière alvéolo-capillaire (BAC) est donc une barrière air/sang.

3. Sur le mini-schéma de la BAC (doc. 11)

  1. mucus
  2. pneumocyte I
  3. lames basales des pneumocytes I et des cellules endothéliales fusionnées
  4. cellule endothéliale

 2. Relier la structure de la barrière à sa fonction

1. Les gaz échangés sont

  • le dioxyde de carbone du sang vers l’air
  • le dioxygène de l’air vers le sang

2. La BAC est très fine, les gaz ont donc peu de distance à parcourir pour passer de l’air vers le sang et vice-versa.
Le sang circule lentement au niveau des capillaires, ce qui laisse le temps aux échanges gazeux de se faire.

3.

Relation structure-fonction de la barrière alvéolo-capillaire
StructureFonction
Grande surface d’échange Échanges gazeux entre l’air et le sang
Faible épaisseur
Faible vitesse de circulation


Dans la même rubrique