accessibilité
svt-touihrat.fr

Ressources pour les SVT, la DNL SVT-Anglais et la BPH

TP 7 - Les mécanismes de l’évolution
Article mis en ligne le 19 mars 2020
dernière modification le 26 mars 2020

par F. Touihrat

 Activité 1 - Dérive génétique et évolution des populations

Livre pages 116-117

Logiciel dérive génétique

 Activité 2 - Sélection naturelle et évolution des populations

Document 3 - Des gènes responsables de la résistance aux antibiotiques

Logiciel évolution allélique

 Activité 3 - La spéciation : l’apparition de nouvelles espèces

Livre page 124

Repartons encore une fois de la définition d’une espèce selon Ernst Mayr :

Une espèce est une population dont les individus peuvent effectivement (ou potentiellement) se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde.

Toute la subtilité pour répondre à la question de cette activité est dans le « ou potentiellement ».
En effet, au moment de la séparation (spatiale ou chronologique), les deux groupes d’individus (les nouvelles populations) peuvent toujours « potentiellement » se reproduire entre eux, puisque ce sont deux groupes de la même espèce.

Or, dans toute population d’êtres vivants, apparaissent de nouveaux allèles, par mutation (cf. TP3). Ces mutations sont totalement aléatoires, et les nouveaux allèles se répandent dans la population, soit par dérive génétique (Activité 1), soit par sélection naturelle (Activité 2) selon qu’ils confèrent un avantage par rapport à l’environnement.

Dans les deux exemples présentés ici, la population se trouve coupée en deux groupes qui ne se reproduisent plus entre eux. Alors, un nouvel allèle dans un groupe ne peut pas se répandre dans l’autre. Petit à petit, les deux nouvelles populations deviennent trop différentes génétiquement pour pouvoir se reproduire entre elles, même « potentiellement ». C’est la divergence génétique. On a alors affaire à deux espèces distinctes.