Chapitre 6 - Activités Unité 12
Article mis en ligne le 22 janvier 2019
dernière modification le 23 janvier 2019

par F. Touihrat

 Act. 1 p. 93

Rem. : cette activité n’a pas été utilisée.

1. Sur cette fresque de Michel-Ange, Dieu (à droite) donne l’information et Adam la reçoit.

2. Comme on le voit sur l’agrandissement, il n’y a pas contact direct entre les deux personnages.

3. Le message doit donc franchir le petit espace qui sépare les doigts des deux personnages.

4. La transmission de l’information est unidirectionnel (de Dieu vers Adam). On ne peut donc pas vraiment parler d’un échange.

5. Le muscle se contracte en réponse à une stimulation nerveuse. Le neurone donne l’information au myocyte, qui la reçoit. Il n’y a pas de contact direct entre les deux cellules et le message doit franchir un espace afin d’atteindre le muscle. Le message est unidirectionnel : il va du neurone au myocyte.

6. Les éléments qui apparaissent comme des points régulièrement espacés dans le myocyte sont des myofibrilles.

7. Les myofibrilles apparaissant sous forme de points, on peut dire que le myocyte est ici présenté en coupe transversale.


 Act. 2 p. 94

1. Légende la figure 3

  • Terminaisons axonales / Ramifications axonales / distales
  • Myocytes

2. Les myocytes visibles ici étant de longues cellules présentant une striation, on peut dire qu’il s’agit d’un muscle strié squelettique.

3. Il n’y a pas contact entre le neurone et le myocyte.

4. Légendes de la figure 4

  1. Terminaison axonale
  2. Bouton synaptique
  3. Myocyte
  4. Myofibrille

 Act. 3 p. 95

PNG - 365.9 ko


 Act 4 p. 96

1.
PNG - 212.8 ko

2.

C Arrivée d’un potentiel d’action
D Ouverture des canaux à calcium voltage-dépendants et entrée des ions Ca2+ dans le bouton synaptique
A Fusion des vésicules synaptiques et exocytose de l’Ach dans la fente synaptique
B Fixation de l’Ach sur les récepteurs-canaux à sodium chimio-dépendants
E Ouverture des récepteurs-canaux à sodium chimio-dépendants et entrée des ions sodium Na+ dans le myocyte
F Dégradation de l’Ach dans la fente synaptique

 Act. 5 p. 96

L’acétylcholine Ach répond à la définition d’un neurotransmetteur.


 Act 6 p. 97

1. La fixation de l’acétylcholine provoque l’ouverture des canaux à sodium post-synaptiques, ce qui a pour conséquence la production d’une décharge électrique.

2. Comme pour les myocytes, auxquels les électroplaques ressemblent, l’ouverture de canaux provoque l’entrée massive d’ions sodium.

3. L’entrée massive d’ions sodium provoque une dépolarisation de la membrane plasmique. C’est le même lien chimio-électrique que celui qui provoque la dépolarisation de la membrane plasmique du neurone en cas de potentiel d’action.

4. L’organe électrique de la torpille fonctionne comme la plaque motrice. Dans un premier temps, un neurone excité libère de l’acétylcholine, à proximité du myocyte chez l’Homme, ou de l’électroplaque chez la torpille. Puis, l’acétylcholine se fixe, dans les deux cas, sur des récepteurs, qui sont des récepteurs-canaux. Enfin, ces récepteurs-canaux s’ouvrent et laissent entrer dans la cellule-cible les ions sodium, ce qui provoque une dépolarisation de la membrane. (...)

5. Dans le langage d’aujourd’hui, on parlerait plutôt d’électrochoc des consciences.

6.
PNG - 89.7 ko

7. Lorsque ces vésicules sont placées dans de l’eau pure, il existe un gradient de concentration en ions sodium + de l’intérieur vers l’extérieur.
Attention : ce n’est pas le sens du gradient au niveau des myocyte, mais ici, l’expérience est construite ainsi.

8. Lorsque les canaux sont ouverts, les ions sodium (radioactifs dans l’expérience) sortent des vésicules et se retrouvent dans le milieu extérieur. Or, le milieu extérieur n’est pas radioactif au départ. Il le devient avec l’arrivée des ions sodium.

9.

Composition du milieu extérieurRadioactivité dans le milieu extérieur
Eau désionisée 0
Acétylcholine +
Nicotine +
Curare 0
Curare puis acétylcholine 0

10. Pour que les liposomes permettent aux ions sodium de sortir, il faudrait ajouter des canaux à sodium dans la membrane.


 Act. 7 p. 99

1. La courbe représentant la concentration en ions calcium forme un pic : augmentation rapide la concentration puis diminution rapide. La courbe représentant la tension musculaire (force de contraction) est plus douce : augmentation lente de la force, puis diminution lente.

2. Le pic d’ions calcium a lieu d’abord, puis la contraction musculaire.

PNG - 164.9 ko

3.

  1. Fixation de l’acétylcholine et ouverture des récepteurs-canaux à sodium chimio-dépendants
  2. Entrée des ions sodium dans le myocyte et dépolarisation de la membrane plasmique
  3. Ouverture des canaux à calcium voltage-dépendants de la membrane du réticulum sarcoplasmique et libération des ions calcium dans le sarcoplasme
  4. Fixation de la myosne sur l’actine
  5. Contraction des sarcomères

4. Les ions calcium sont nécessaires pour que la myosine puisse se fixer sur l’actine. Or, l’EDTA piège les ions calcium. Ceux-ci ne peuvent donc plus permettre la fixation de la myosine sur l’actine, il ne peut y avoir contraction.

5. Lors d’un effort prolongé, c’est-à-dire si le message nerveux qui arrive au plus provoque une libération des ions calcium plus rapide que les pompes ne peuvent le recapturer dans le réticulum sarcoplasmique, la contraction persiste.. C’est un des types de crampes musculaires.


 Act. 8 p. 100

Rem. : cette activité n’a pas été utilisée.

1.
PNG - 299.5 ko

2. Les toxines botuliques détruisent les protéines qui permettent aux vésicules de s’accrocher à la membrane plasmique. Ce phénomène ne peut donc avoir lieu. Il ne peut donc y avoir exocytose : l’acétylcholine n’est pas libérée dans la fente synaptique.

3. Les toxines botuliques empêchent la transmission du message du neurone au myocyte. Le muscle ne se contracte pas même s’il y a un message nerveux.

4. Le Botox est une préparation médicale qui contient des toxines botuliques. On l’utilise pour paralyser les muscles du visage. Ainsi, les rides d’expression (qui apparaissent quand les muscles de la peau se contractent) sont atténuées.



Dans la même rubrique