Chapitre 3 - Activités Unité 6
Article mis en ligne le 31 octobre 2018
dernière modification le 27 août 2018

par F. Touihrat

 c 1 p. 45

1.

Aspect de l’organe sur les clichésÉlément chimique principal et contenu de l’organeDensité des organes explorés
Radiographie des poumons transparents Le diazote est le principal constituant de l’air faible
Radiographie de la main opaques (os) le calcium est le principal constituant des os élevée

2. Les rayons X traversent les poumons. Ils ne traversent pas les os.

3. Les différents degrés d’absorption des rayons X permettent de différencier les tissus sur une radiographie.


 c 2 p. 46

Plus un organe est dense comme les os, plus les rayons X sont absorbés par cet organe. L’organe apparaît en blanc sur le cliché (radiographie traditionnelle). L’image obtenue s’appelle une opacité.
Plus un organe est mou comme les poumons, moins les rayons X sont absorbés par cet organe. L’organe apparaît en noir sur le cliché (radiographie conventionnelle). L’image s’appelle une clarté.
Selon la densité d’un organe, les rayons X sont donc plus ou moins absorbés. L’absorption est qualifiée de différentielle. Lorsque les rayons X arrivent sur le cliché, le cliché noircit à leur contact.


 c 3 p. 46

1. Les rayons X qui ont traversé le corps du patient peuvent être reçu soit sur un film photographique (radiographie conventionnelle), soit sur un récepteur assimilable à une caméra (radiographie numérique, radioscopie).

2. Dans tous les cas, le corps du patient est placé entre l’émetteur de rayons X et le récepteur (film ou récepteur caméra).

3. Sur la figure 4, les viscères ne sont pas discernables (on voit bien le squelette). Sur la figure 5, l’intestin (le colon en particulier) est bien visible.

4. L’absorption d’un produit de contraste dense aux rayons X permet de rendre visible les viscères dans lesquels il se trouve, car il absorbe fortement les rayons X. Les viscères, qui apparaissent normalement comme clartés apparaissent alors comme opacités.


 c 4 p. 47

1. Toutes les parties du corps sont explorables grâce à la radiographie. Elle est particulièrement adaptée à l’exploration du squelette, et des organes creux avec utilisation d’un produit de contraste.

2. La radiographie est

  • facile et rapide à mettre en œuvre
  • facile à interpréter
  • peu chère
  • non invasive (sauf si on utilise un produit de contraste)

3. Les détecteurs électroniques permettent un examen encore plus rapide et précis (image immédiate).

4.

Explorations radiographiquesIndications médicales
Radiographie pulmonaire Cancer des poumons
Maladies pulmonaires infectieuses
Sténose de l’œsophage
Angiographie Sténose d’un vaisseau
Radiographie dentaire Caries
Lavement baryté Cancer du colon
Polype
Mammographie Cancer ou kyste au sein
Urographie Lithiase ou calculs urinaires

 c 5 p. 48

1. La nocivité des rayons X dépend de la dose reçue et de la sensibilité des tissus. Plus la dose est importante, plus les risques sont élevés. Certains tissus sont plus sensibles que d’autres.

2.

Échelles de l’organismeEffets nocifs
Macroscopique Brûlures, vieillissement de la peau
Cellulaire Dérèglement du cycle cellulaire, mort
Microscopique Mutations de l’ADN

3.

Personnes concernéesPrécautions
Femmes enceintes Limiter le recours aux rayons X aux cas où aucune autre technique n’est utilisable.
Protéger l’utérus et le fœtus.
Enfants
Adultes
Manipulateur radiologiste Usage de protection en plomb et dosimétrie de contrôle

 c 6 p. 49

1.

SchémaType de fractureDescription
1 Fracture sans déplacement L’os est entièrement brisé. Les deux parties sont en place.
2 Fracture avec déplacement L’os est entièrement brisé, les deux parties ne sont plus en place.
3 Fracture ouverte Le déplacement d’au moins une partie de l’os brisé perfore la peau et provoque l’apparition d’une plaie.
4 Fêlure L’os n’est pas entièrement brisé.
5 Ostélolyse L’os n’est pas brisé. Il manque de la matière osseuse.
6 Fracture comminutive L’os est brisé avec de nombreux fragments.
+ Fracture en bois vert L’os n’est pas entièrement brisé et présente un aspect éclapé typique. Chez les jeunes enfants uniquement.

2.

FigureOsDiagnostic
7 Radius Fracture avec déplacement. Il y a également une luxation de l’ulna.
8 Fémur Fracture multiple avec déplacement.
9 1. Fémur
2. Tibia
3. Fibula
Fracture double avec léger déplacement.
10 4e et 5e métatarsiens Fractures multiples avec léger déplacement.
11 Calcaneus Fracture non déplacée.

 c 7 p. 51

1. Le scanner est composé

  • d’un anneau anneau sous vide contenant une source de rayons X et des barrettes réceptrices, qui tourne autour
  • d’un plateau sur lequel est placé le patient, qui avance au centre de l’anneau*
  • d’un ordinateur qui interprète les signaux reçus et restitue les images

2. Intérêts diagnostiques

  • polytraumatisme majeur
  • traumatisme crânien
  • kystes
  • tumeurs
  • ganglions
  • atteintes neurologiques

Avantages par rapport à la radiographie

  • images en coupe de tout l’organisme
  • images plus précises
  • doses moindres de rayons X, moins dangereux
  • images 3D

3. Principal avantage : visualisation d’organes peu denses.
Principal inconvénient : toxicité.


 c 8 p. 52

Pas de corrigé.
Travaillez cette activité en vue du DS.



Dans la même rubrique