Chapitre 12 - Activités unité 28
Article mis en ligne le 30 juillet 2019
dernière modification le 30 mai 2018

par F. Touihrat

 c 1 p. 219

1. Que ce soit pour les greffes ou dans le mythe de Prométhée, la propriété du foie qui est mise en évidence est sa capacité à se régénérer.

2. Légendes dans l’ordre

  • veine sus-hépatique
  • artère hépatique
  • veine porte hépatique
  • artère mésentérique

3. Puisque l’ablation du foie provoque une sévère hypoglycémie, on en déduit qu’un des rôles du foie est de fournir du glucose à l’organisme.


 c 2 p. 220

1. On fait circuler du liquide physiologique dans les vaisseaux sanguins, ce qui en élimine le sang et ce qu’il contient. C’est pour cela que l’on appelle cette expérience « le foie lavé ».

2. L’énoncé de la question permet de savoir qu’un début du lavage, du glucose est présent dans le foie (le sang) mais qu’au bout d’un moment, il n’y en a plus.

3. Il faut bien comprendre qu’on fait un nouveau lavage sur un foie qui a été lavé 24 h plus tôt. Après le 1er lavage, il n’y avait plus de glucose (question 2). Or, ce nouveau lavage montre qu’il y a à nouveau du glucose dans le foie. On en déduit donc que le foie est capable de produire du glucose.

4. Dans les deux cas, le foie apparaît comme un organe hyperglycémiant.

5.

Glycémie dans la veine porte hépatiqueGlycémie dans la veine sus-hépatiqueLe foie a un rôle...
Après un repas 2,5 g/L 1,2€g/L hypoglycémiant
Après un jeûne 0,8 g/L 1,0 g/L hyperglycémiant

 c 3 p. 220

1. Légende dans l’ordre

  • noyau
  • mitochondrie
  • membrane plasmique
  • cytoplasme
  • glycogène

2. Une cellule de foie est un hépatocyte.
La voie qui synthétise du glycogène à partir de glucose est la glycogénogénèse.
La voie qui produit du glucose à partir de glycogène est la glycogénolyse.

3. Pendant les 24 h d’attente, il y a eu glycogénogénèse dans les cellules du foie.

4. Le foie participe à la régulation de glycémie (concentration de glucose dans le sang). En cas d’hyperglycémie, le glucose reste dans le foie et est stocké sous forme de glycogène, ce qui contribue à la baisse de la glycémie. En cas d’hypoglycémie, le glycogène du foie libère du glucose qui passe dans le sang, ce qui contribue à rétablir une glycémie normale. Le foie participe donc à l’homéostasie glycémique.

5. Les cellules musculaires (myocytes) sont capables de produire du glucose à partir de leur stock de glycogène, mais pas de libérer ce glucose dans le sang (regardez la flèche rouge sur le schéma de la question 2. Pourtant, ce mécanisme permet de limiter une hypoglycémie car, en utilisant leur stock de glycogène, les myocytes évitent de prélever du glucose dans le sang, où il n’y en a déjà pas beaucoup en cas d’hypoglycémie.


 c 4 p. 222

Fabrication de glucoseConsommation de glucoseLimite la consommation de glucose pour produire de l’énergieConséquence sur la glycémie
Néoglucogénèse + - - Hyperglycémiant
Glycolyse - + - Hypoglycémiant
Glycogénogénèse - + +
Glycogénolyse + - - Hyperglycémiant
Lipolyse - - - Hyperglycémiant
Lipogénèse - + - Hypoglycémiant

 c 5 p. 222

1. cf. figure 7 p. 211 du livre :

  • capillaire sanguin
  • cellules de l’îlot de Langerhans (en périphérie cellules α)
  • cellules acineuses

2. Pancréatectomie : ablation du pancréas
Ectopique : « hors du lieu », c’est-à-dire à un autre endroit que la place normale

3. On voit sur le graphique de la figure 6 que l’ablation du pancréas provoque une hausse de la glycémie.

4. La greffe ectopique du pancréas provoque du baisse de la glycémie, avec retour à sa valeur normale.

5. L’ablation du pancréas montre qu’il a effectivement un impact sur la régulation de la glycémie. On peut donc penser qu’il y a un message envoyé par le pancréas à un autre organe (le foie). Or, on connaît seulement deux modes de communication entre organes : la communication nerveuse, et la communication hormonale.
Hypothèse : le message envoyé par le pancréas au foie est un message nerveux. Il doit donc y avoir un nerf par lequel le message est envoyé. Or, en cas de greffe ectopique, on rétablit la connexion sanguine (sinon l’organe meurt), mais on ne peut pas rétablir la connexion nerveuse, puisque l’organe n’est pas implanté à son emplacement normal. Or, on voit que la régulation de la glycémie s’effectue à nouveau. C’est donc que le message ne passe pas par voie nerveuse, mais par voie sanguine. Il s’agit d’une communication hormonale.

6. L’hormone libérée par le pancréas dans cette expérience a un effet hypoglycémiant.

7. L’hyperglycémuie entraîne la sécrétion d’une hormone hypoglycémiante par le pancréas. Cette hormone est appelée insuline. C’est une hormone de nature peptidique.

8. L’hypglycémie entraîne la sécrétion d’une hormone hyperglycémiante par le pancréas. Cette hormone est appelée glucagon. C’est une hormone de nature peptidique.


 c 6 p. 224

1. Les cellules β sécrètent une hormone hypoglycémiante. Il s’agit donc de l’insuline. Les cellules α sécrètent une hormone hyperglycémiante. Il s’agit donc du glucagon.

2. En cas d’absence d’insuline, le stock de glycogène diminue. Or, on sait que l’hydrolyse du glycogène, la glycogénolyse, provoque la libération de glucose dans le sang. La glycémie augmente donc.

3. On injecte une hormone radioactive (insuline ou glucagon), et on repère où la radioactivité se retrouve. Cela indique sur quel(s) type(s) de cellules l’hormone s’est fixée.
Les cellules cibles de l’insuline sont les hépatocytes, les myocytes, les adipocytes et d’autres types de cellules.
Les cellules cibles du glucagon sont les hépatocytes et les adipocytes.

4. L’insuline (rôle hypoglycémiant) favorise la lipogénèse et le glucagon (rôle hyperglycémiant) favorise la lipolyse.



Dans la même rubrique