svt-touihrat.fr
Ressources pour les SVT, la DNL SVT-Anglais et la BPH

C’est parti pour l’année 2018-2019.

Certains éléments sont déjà en ligne.
D’autres viendront au fur et à mesure de l’année.

Chapitre 13 - Activités unité 29
Article mis en ligne le 30 juillet 2019
dernière modification le 25 mai 2018

par F. Touihrat
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

 c 1 p. 227 - Diagnostic du diabète de type 1

1. Polydipsie : soif intense
Polyurie : mixtions fréquentes et abondantes
Asthénie : fatigue extrême
Insulinémie : taux d’insuline dans le sang
Glycosurie : présence de glucose dans les urines
Protéinurie : présence de protéines dans les urines

2. Chez ce patient

  • la glycémie à jeun est trop élevée : hyperglycémie pathologique
  • insulinémie à jeun est trop fable : hypoinsulinémie pathologique
  • la cholestérolémie et la triglycéridémie sont normales

3. Chez ce patient

  • présence d’une glycosurie et d’une cétonurie pathologiques
  • pas de protéinurie : examen normal

 c 2 p. 228 - Étude du diabète de type 1

1. Chez le patient diabétique, les hyperglycémies provoquées par les prises alimentaires sont mal compensées par l’organisme : il faut longtemps pour que la glycémie diminue et en plus elle ne revient jamais à la valeur normale de 0,8 à 1 g/L. On parle d’une hyperglycémie chronique.

2. L’insuline est sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans du pancréas.
L’insuline est hypoglycémiante. Elle est absente du sang du patient diabétique de type 1. La quantité de glucose dans le sang reste élevé (hyperglycémie).

 c 3 p. 228 - Étude du pancréas chez un diabétique de type 1

1. Chez un individu sain, on observe un îlot de Langerhans bien structuré : rond avec des cellules caractéristiques et différentes de celles qui entourent l’îlot.
Chez un individu diabétique de type 1, l’îlot de Langerhans est déstructuré : il est déformé et présente une absence de cellules, en particulier au centre. Il a l’air « vide ».

2. Comme l’insuline est sécrétée par les cellules β des îlots de Langerhans et que ces îlots sont déstructurés chez un individu diabétique de type 1, on en déduit que l’insuline n’est pas sécrétée.

 c 4 p. 229 - le diabète de type 1, une maladie auto-immune

1. Sur la figure 4, on voit que les lymphocytes T, colorés en bleu, sont présents dans l’îlot de Langerhans.

2. Les cibles cellulaires des lymphocytes T sont les cellules du centre des îlots de Langerhans, c’est-à-dire les cellules β.

3. Les lymphocytes T détruisent les cellules β des îlots de Langerhans. L’insuline n’est plus sécrétée. Une hyperglycémie est constatée.

4. Les cellules β sont détruites par le propre système immunitaire du patient : les lymphocytes T s’attaquent à des cellules de leur propre organisme, c’est une maladie auto-immune.

 c 5 p. 229 - Conséquences de l’hypoinsulinémie du diabète de type 1

1. Chez l’individu diabétique de type 1, le glucose n’est pas mis en réserve comme il l’est chez un individu sain. Il reste donc dans le sang, d’où une hyperglycémie chronique.

2. D’après le document 2, le glucose devrait être réabsorbé, et donc ne pas se retrouver dans les urines. Si la glycémie est trop élevée, il ne peut pas être réabsorbé en totalité. Il reste donc du glucose dans les urines (glycosurie).

3. En cas de diabète de type 1, les corps cétoniques sont fabriqués puis transportés par le sang. Une partie des corps cétoniques passe dans l’urine. On observe donc une cétonurie.

4. Diabète juvénile : car c’est une forme de diabète qui se manifeste dès l’enfance (le patient du doc 1 n’a que 19 ans)
Diabète maigre : sans traitement, les patients maigrissent et perdent leurs forces (doc 1)
Diabète insulino-dépendant : ce type de diabète est dû à l’absence de sécrétion d’insuline par le pancréas (car les cellules β sont détruites).

 c 6 p. 230 - Traitements du diabète de type 1

1. L’insulinothérapie consiste à traiter le patient en lui apportant l’insuline que son organisme ne fabrique pas naturellement.

2. L’insuline a un fonction hypoglycémiante. Elle doit donc être injectée pour contrer une hyperglycémie. Les moments de la journée où la glycémie augmente sont après les repas.

3. La pompe à insuline possède un réservoir d’insuline. en permanence cette pompe délivre l’hormone qui atteint la peau du patient grâce à un cathéter (tuyau de petit diamètre). Là, l’insuline est injectée sous la peau grâce à une aiguille. Le réglage de la pompe permet d’adapter la quantité d’insuline injectée selon les moments de la journée.

4. Une greffe de pancréas permet d’apporter de nouvelles cellules β qui vont pouvoir sécréter l’insuline qui fait défaut au patient.


Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce RSS

2012-2019 © svt-touihrat.fr - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.25