Chapitre 8 - Exercices
Article mis en ligne le 14 mars 2019

par F. Touihrat

Vrai ou faux

a. VRAI et FAUX. Les fibres glucidiques ne sont pas digestibles, mais elles contribuent au bon fonctionnement du système digestif en améliorant le transit intestinal.

b. FAUX. Pour avoir une alimentation équilibrée, il faut consommer 55% de glucides, 30% de protides et 15% de lipides.

c. FAUX. Le rachitisme est une maladie de carence spécifique de la vitamine D.

d. FAUX. Les acides aminés indispensables ne sont pas synthétisés par le corps humain et doivent être apportés par l’alimentation.

e. VRAI et FAUX. L’obésité est habituellement évaluée par l’IMC, mais il existe d’autres indicateurs, qui intègrent, par exemple, le tour de taille.

f. FAUX. Ce sont les lipides.

g. FAUX. C’est la solution la plus extrême. Les premières mesures sont d’adapter le régime alimentaire et l’activité physique.

h. VRAI

i. FAUX. Il signifie « baisse ou perte de la prise alimentaire ».

j. FAUX. Il existe 2 acides gras indispensables


1. Analyse du déjeuner d’une femme adulte

1. On peut faire le calcul de plusieurs façon. Voici une d’entre elles.

D’abord, on calcule la quantité de chaque famille de biomolécules apportée au cours de ce repas par chaque aliment (les portions ne font pas 100 g).

Apports effectif des aliments (en g)
AlimentsProtidesLipidesGlucides
Lentilles en salade 10 1 23
Steak haché 24 11 0
Épinards 9 1 14
à la crème 0 5 1
Pommes 0 1 21
Pain 4 0 28
TOTAUX 48 18 86

Sachant l’apport énergétique de chaque famille,

ProtidesLipidesGlucides
Apports énergétiques pour 1 g (kJ) 17 38 17

On peut calculer l’apport énergétique du repas.

ProtidesLipidesGlucidesTOTAL
Apport énergétique du repas (kJ)81668414622962

2. L’apport énergétique journalier recommandé pour une femme adulte est de 8 400 kJ.
L’apport journalier n’est pas complet avec ce seul repas. Il sera complété par les autres repas.

3. On utilise la formule vue en maths.

ProtidesLipidesGlucides
Pourcentages27%23%50%

La règle 421 GPL n’est pas respectée. Il y a trop de lipides par rapport aux autres familles.


2. Se nourrir, mais pas n’importe quand

Cet exercice fait appel des notions du chapitre 12. On verra plus tard.


3. Consultation

1.

Dyspnée dys : difficultés -pnée/pneum(o) : ventilation Difficultés ventilatoires
Tachycardie tachy(o) : rapide -cardi(o) : cœur Rythme cardiaque élevé
Gonalgies gon(o) : genou -alg(o) ; douleur Douleurs aux genoux
Hypertension artérielle Pression sanguine anormalement élevée (notamment dans les artères]
Cardiologue cardi(o) : cœur -logue/-logie : spécialité médicale Médecin spécialiste du cœur et de ses pathologies

2. IMC = masse (kg) /taille² (m)
IMC = 33,9

D’après le seul critère de l’IMC, M. Pounds est obèse.

3. Les causes possibles sont

  • sédentaire : pas de sport, que des jeux vidéos
  • alimentation déséquilibrée : pas de cantine, que des fast-foods, plats cuisinés
  • mauvaises habitudes alimentaires : dîner devant la télé

4. Le cardiologue peut déceler de l’athérosclérose dans les artères, et une hyperglycémie chronique à l’examen sanguin, alors révélatrice d’un diabète (de type II), et une hypercholestérolémie.

5. Les mesures hygiéno-diététiques sont celles qui concernent les habitudes de vie au sens large

  • pratiquer au moins 1/2 h de sport par jour
  • arrêter les collations
  • diminuer les quantités ingérées lors de chaque repas
  • augmenter la part de fruits et légumes

6. Si M. Pounds n’arrive pas à suivre ces mesures, hygiéno-diététiques, un anneau gastrique est envisageable, car il permettra de diminuer la quantité d’aliments ingérés.


4. Étude du kwashiorkor

1.

Malnutrition Trouble lié à une régime alimentaire déséquilibré provoquant des carences ou des excès
Œdème Gonflement par accumulation de liquide dans les tissus conjonctifs
Amyotrophie a : absence myo : muscle -trophie : croissance Diminution du volume des muscles
Anémie an : absence -émie : sang/globules rouges Diminution de la capacité du sang à transporter le dioxygène
Albuminémie albumin(o) : albumine -émie : taux sanguin Taux d’albumine dans le sang
Anorexie An : absence -(o)rexie : appétit Perte de la sensation de faim
Diarrhées dia : à travers -rrhée : écoulement (sauf sang) Émission importante de selles trop liquides

2. Si on note E l’énergie apportée par la bouillie :
E = portion x pourcentage de protides x valeur énergétique des protides + portion x pourcentage de lipides x valeur énergétique des lipides+ portion x pourcentage de glucides x valeur énergétique des glucides

E = 1464 kJ

3. On fait un produit en croix, et on trouve 239 g.
Cette quantité est tout-à-fait consommable en une journée. Il n’y a normalement pas de déséquilibre énergétique.

4. un acide aminé indispensable ne peut être synthétisé par l’organisme. Il doit donc être apporté par l’alimentation.

5. Les protéines végétales sont riches en leucine, contrairement aux protéines du lait maternel, qui contiennent en revanche de la lysine que les protéines végétales ne contiennent pas. Les protéines du lait maternel sont également plus riches en tryptophane.

6. Les protéines du lait maternel apportent tous les acides aminés indispensables, ce qui n’est pas le cas des protéines végétales.

7. Le kwashiorkor est dû à un manque en acides aminés indispensables absents, ou présents en trop faible quantité, dans la bouillie de maïs.

  • Amyotrophie : l’hydrolyse des protéines des muscles permet à l’organisme de récupérer les acides aminés indispensables
  • anémie : l’hémoglobine ne peut être synthétisée correctement par manque d’acides aminés : il y a donc des difficultés du transport de dioxygène par le sang
  • albuminémie basse : l’albumine est une protéine qui ne peut être synthétisée en quantité suffisante faute de certains acides aminés
  • anorexie : l’extrême fatigue et les troubles digestifs provoquent une perte de la sensation de faim

8. Dans certaines contrées d’Afrique, on donne du lait de chèvre mélangé à du sang en complément de la bouillie.
Des entreprises (dont une locale) sont maintenant spécialisées dans la production d’une algue alimentaire, la spiruline, qui peut entrer dans la composition de pain.