Chapitre 6 - Exercices
Article mis en ligne le 10 janvier 2019
dernière modification le 19 janvier 2016

par F. Touihrat

Vrai ou faux

  1. Vrai
  2. Faux
  3. Faux
  4. Vrai
  5. Faux
  6. Vrai
  7. Faux
  8. Faux
  9. Vrai
  10. Vrai
  11. Faux
  12. Vrai

1. Le fonctionnement des jonctions neuromusculaires

1.

  1. Neurotransmetteur
  2. Canal à calcium voltage-dépendant
  3. Récepteur à acétylcholine / Canal à sodium chimio-dépendant
  4. Sarcolemme
  5. Membrane plasmique du bouton synaptique (neurone présynaptique)
  6. Vésicule d’exocytose
  7. Mitochondrie

2.

  • X : ions calcium Ca2+
  • Y : ions sodium Na+

3.

  • A. Arrivée d’un potentiel d’action
  • B. Entrée de calcium par les canaux à Ca<sup2+ voltage-dépendants
  • C. Exocytose de l’acétylchonline
  • D. Fixation de l’acétylchonline sur les récepteurs
  • E. Ouverture des canaux à sodium Na+ chimio-dépendants
  • F. Destruction de l’acétylcholne par al cholinestérase

4. Un neurotransmetteur est une molécule synthétisée par le neurone pré-synaptique, libéré dans la fente synaptique lors de l’arrivée d’un potentiel d’action, qui va se fixer spécifiquement sur des récepteurs de la membrane post-synaptique, où il va provoquer la formation d’un nouveau potentiel d’action. Pour la jonction neuromusculaire, il s’agit de l’acétylcholine.

5. L’entrée massive de sodium provoque un potentiel d’action sur la membrane post-synaptique.


2. Le mode d’action du curare

1.

Expérience a
On voit que le muscle se contracte.
Or on sait que le nerf a été stimulé.
Donc on en conclut que la stimulation du nerf a provoqué la contraction du muscle.
C’est l’expérience témoin. Elle permet de vérifier que le montage sans curare est correct et permet la contraction du muscle suite à une stimulation du nerf.

Expérience b
On voit que le muscle ne se contracte pas.
Or on sait que le nerf a été stimulé et que le muscle est en présence de curare.
Donc on en conclut que le curare empêche la contraction du muscle même lorsque le nerf est stimulé.

Expérience c
On voit que le muscle se contracte.
Or on sait que le nerf a été stimulé et qu’il est en présence de curare
Donc on en conclut que le curare n’empêche pas la transmission de la stimulation par le nerf.

Expérience d
On voit que le muscle se contracte.
Or on sait que le muscle est en présence de curare et qu’il a été stimulé électriquement.
Donc on en conclut que le curare n’empêche pas la contraction du muscle lorsqu’il est stimulé directement.

2. On conclut de ces expériences que le curare empêche la transmission de la stimulation du nerf au muscle, mais ni la conduction de la stimulation dans le nerf, ni la contraction proprement dite.
Le niveau d’action du curare est donc vraisemblablement la jonction neuro-musculaire.

3.

  1. Cellule de Schwann
  2. Vésicules d’exocytose
  3. Tubules transverses
  4. Mitochondrie
  5. Neurone pré-synaptique
  6. Noyau du myocyte
  7. Myofibrille
  8. Myocyte

4.

Expérience 0 : témoin
Si l’on n’introduit aucune molécule radioactive, il n’y en a pas. Cela permet de vérifier qu’aucune autre source de radioactivité ne viendra fausser les résultats.

Expérience 1
On voit la radioactivité dans le culot est due à l’Ach.
Or on sait qu’on a introduit de l’Ach radioactive dans le milieu.
Donc on en conclut que l’Ach s’est fixée sur les récepteurs des membranes.

5.

Expérience 2
On voit la radioactivité dans le culot est due au curare
Or on sait qu’on a introduit du curare radioactif dans le milieu.
Donc on en conclut que le curare s’est fixé sur les récepteurs des membranes.

6.

Expérience 4.
On voit la radioactivité dans le culot est due à l’Ach.
Or on sait qu’on a introduit de l’Ach radioactive puis du curare radioactif dans le milieu.
Donc on en conclut que l’Ach s’est fixée sur les récepteurs des membranes, mais pas le curare.

Expérience 5.
On voit la radioactivité dans le culot est due au curare
Or on sait qu’on a introduit du curare radioactif puis de l’Ach radioactive puis
Donc on en conclut que le curare s’est fixé sur les récepteurs des membranes, mais pas l’acétylcholine.

On conclut de ces expérience que l’Ach et le curare se fixent sur les mêmes récepteurs (confirmé par l’expérience 3). Le mode d’action du curare est donc d’empêcher l’Ach de se fixer sur ses récepteurs, et donc de transmettre le potentiel d’action du neurone pré-synaptique au myocyte post-synaptique.


3. La contraction musculaire

1.

  1. Cytoplasme
  2. Myofibrille
  3. Mitochondrie
  4. Tubule transverse
  5. Réticulum sarcoplasmique

2.

  1. Strie Z
  2. Sarcomère

3. Cf. cours page 115 « 2. La contraction des sarcomères »


4. Comprendre des pathologies musculaires

1. Les SMC ne sont pas comparables à la myopathie de Duchenne car, dnas les SMC, il y a une anomalie dans la transmission synaptique, alors que dans la myopathie de Duchenne, il y a une anomalie dans le myocyte lui-même.

2.

Déficit en RACh SMC post-synaptique
Déficit en AchE SMC synaptique
Déficit en CHAT SMC pré-synaptique


Dans la même rubrique