Chapitre 2 - Exercices
Article mis en ligne le 28 septembre 2018
dernière modification le 28 août 2015

par F. Touihrat

QCM

1. a, b,
2. b
3. b, e, f, j
4. b


Exercice 1

1. L’air est en A

2.

  1. Cellule ciliée
  2. Mucus
  3. Cartilage
  4. Glande à mucus

3. Le diamètre étant réduit, l’air a plus de difficultés à passer, d’où la dyspnée.
La diminution de diamètre est causée par la contraction du tissu musculaire

4. C est l’épithélium cilié, D est le tissu conjonctif.
Le tabac fait disparaître les cils.

5. Les cils étant détruits, il ne peuvent pas aider à l’élimination du mucus. Celui-ci s’accumule dans les bronches et ne peux être éliminé que par la toux.


Exercice 2

1. L’épithélium est constitué de cellules cubiques, jointives, ce qui permet d’empêcher le passage d’éléments entre les cellules. Les cellules portent des replis membranaires (microvillosités) du côté de la lumière, ce qui permet d’augmenter la surface d’échange avec le milieu extérieur (contenu de l’intestin).

2.

  1. Microvillosité
  2. Réticulum Endoplasmique Lisse
  3. Réticulum Endoplasmique Granuleux
  4. Appareil de Golgi
  5. Noyau (enveloppe nucléaire)
  6. Mitochondrie
  7. Cellule endothéliale

Les mitochondries sont très présentes. Comme on sait que leur fonction est de fournir de l’énergie aux cellules, on peut en déduire que l’absorption intestinale nécessite de l’énergie.


Exercice 3

Les deux cellules portent des marqueurs membranaires différents et identifiables par leur couleur.

On voit que, lors de la formation de l’hétérocaryon, les marqueurs sont bien séparés.

Mais, au cours du temps, la répartition des marqueurs à la surface de la cellule change et ils se répartissent en se mélangeant.

Cela veut dire que la place des marqueurs dans la membrane n’est pas fixe : les constituants de la membranes sont constamment en mouvement les uns par rapport aux autres.

C’est la fluidité membranaire.


Exercice 4

Remarque : la radioactivité est un outil expérimental qui permet seulement de repérer les différentes molécules.

1.
Pour la bicouche lipidique simple, on voit qu’au bout de 5 min, seul le dioxyde de carbone est repéré à l’intérieur de la vésicule. On en déduit que le dioxyde de carbone peut traverser librement la bicouche lipidique, mais ni le glucose, ni les ions sodium.
Pour la bicouche avec canaux protéiques, on voit qu’au bout de 5 min, en plus du dioxyde de carbone, du glucose et des ions sodium sont repérés à l’intérieur de la vésicule. On en déduit que le glucose et les ions sodium ont pu traverser la bicouche grâce aux canaux (en passant par les canaux).

2.



Dans la même rubrique